interviewIl existe un site indépendant, agence-de-placement.ca,  qui répertorie l’ensemble des agences de placement ayant pignon sur le Web au Québec. Il en regroupe 267 dont environ 200 pour la grande région de Montréal. De ce nombre, une soixantaine seraient spécialisées en recrutement TI. Si toutes ces agences survivent, c'est qu'il y a un marché pour ça.

 

Pour s'en convaincre, il suffit de visiter le site web de l'AQIII. On y affiche actuellement près de 500 offres de service. Bien entendu, le même mandat est parfois offert par plusieurs agences mais même en réduisant ce nombre de moitié, on parle d'environ quatre offres par jour au cours des deux derniers mois.

Est-ce à dire que le marché est favorable aux employés plutôt qu'aux employeurs ? Pas sûr. Selon l'AQIII, le pourcentage de ses membres disponibles à l'emploi en 2012-2013 était en moyenne de 5,4 % alors qu'en 2013-2014, il aurait augmenté à 6,3 %. C'est bien en deçà de la moyenne de chômage à Montréal qui en avril 2014 s'élevait à 8 % mais tout de même, c'est un recul et pour un chercheur d'emploi, cela signifie plus de recherche.

Le résultat de cet exercice peut en désarçonner plus d'un. D'abord, il faut passer l'étape du curriculum vitae. Selon le journal les affaires, votre CV serait évalué en 11 secondes seulement. Ici, c'est clair, ça passe ou ça casse.

Supposons que ça passe et que vous décrochiez une entrevue, encore faut-il survivre à l'épreuve.

On m'a déjà reçue en entrevue en m'informant qu'on "ne voulait pas me rencontrer mais qu'on avait été forcé de le faire" (ça commence assez mal si vous voulez mon avis!).

On m'a également déjà fait remarquer que "le poste n'était pas pour les femmes ayant des enfants parce qu'on prévoit faire du temps supplémentaire" (ok, c'est noté!).

J'ai même eu droit à cette question à mon retour d'un congé maternité : "Avez-vous pu vous tenir à jour techniquement parlant ?" (heuuu.... en changeant les couches vous voulez dire ?).

Et là, crack ! C'est le silence radio. Le dicton "pas de nouvelle, bonne nouvelle" n'a pas sa place ici. Si vous voulez connaître les raisons de cet échec afin de ne pas répéter d'éventuelles erreurs, on pourrait vous répondre quelque chose comme :

  • Désolé, nous avons comblé le poste à l'interne.
  • Désolé, le client a changé d'avis.
  • Désolé, vous n'avez pas travaillé sur de gros sites web ces deux dernières années.
  • Désolé, vous avez trop d'expérience pour le poste mentionné.

Dans le premier et le deuxième cas, ça semble être une façon détournée de dire poliment que vous ne faisiez pas l'affaire ou que l'on a trouvé quelqu'un de plus facile à berner côté salaire.

Dans le troisième cas, ça ressemble à une excuse inventée ou encore c'est parce que le marché regorge de candidature plus pertinente que la vôtre.

Dans le dernier cas, le problème est probablement lié au fait que vos compétences font peur à ceux déjà en place à moins que le salaire soit trop gênant pour aborder la question avec vous.

Que répondre à ça?!!!

{gallery}blogue/gallery/desole-vous-n-avez-pas-ete-retenu{/gallery}